Baptême ou célébration d'accueil ?

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Baptême ou célébration d'accueil : l y a toujours la possibilité de faire une célébration d'accueil de l'enfant.

Baptême ou célébration d'accueil ?

 


Lorsqu'on se demande s'il faut faire baptiser son enfant ou pas, 
gardons à l'esprit qu'il y a toujours la possibilité de faire
une célébration d'accueil de l'enfant.

 

Nos frères de Belgique ont eu un cas concret qui s'est posé et, devant l'incompréhension de certains, Mgr Delville, évêque de Liège, a pris position ce 4 juin 2015.

 

Débat à Liège : un prêtre peut-il refuser le baptême ?

 

Un couple de jeunes parents à Fléron a été surpris que le prêtre de la paroisse refuse de baptiser leur enfant de six mois.

La raison évoquée: ces parents ne croient pas en Dieu.

 

Le débat a pris de l’ampleur via la presse et la radio.
Mgr Delville, l’évêque de Liège, prend position :

 

« La question du refus du baptême s’est posée d’une manière particulière ces jours-ci à Fléron, où officie l’abbé Olivier Windels qui, par ailleurs, est vicaire épiscopal du vicariat «Annoncer l’évangile» dans le diocèse de Liège.

Une famille demandait le baptême pour son enfant, mais affirmait ne pas être croyante.

Le prêtre a alors proposé de faire une célébration d’accueil de l’enfant, mais pas le baptême, qui suppose la foi des parents et leur engagement à veiller, avec l’aide de la communauté chrétienne, à l’éveil à la foi de leur enfant.


Ceci a suscité suite à un article paru dans le groupe SudPresse, un vif débat sur les antennes de la radio Vivacité, ce mardi 2 juin à 10h30 dans l’émission «C’est vous qui le dites», animée par Benjamin Maréchal.


J’invite chacun à écouter ce débat, qui donne les arguments dans les différents sens.

Cela nous permet de faire le point sur la pratique actuelle et de valoriser une démarche en grand développement, le baptême des enfants en âge de scolarité (7 ans environ), des grands jeunes et des adultes (catéchuménat).
 

Il vaut mieux en effet, si l’enfant n’est pas soutenu par la foi des parents, qu’il soit baptisé plus tard par exemple, lorsqu’on souhaite faire sa première communion en tout cas dans le cadre d’une démarche personnelle et que l’on bénéficie d’une préparation adaptée et dynamique.


On se souviendra que le baptême est une réponse à l’appel de Dieu et qu’il atteint dès lors sa pleine signification lorsque le choix de répondre «oui» est volontaire et libre, même si parfois différée dans le temps.


J’espère que personne ne se sentira lésé dans cette situation et dans ce débat, mais qu’au contraire, ceci permettra d’évoluer vers plus d’authenticité dans la démarche religieuse. »
 

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Cliquez ici pour écouter le PODCAST des explications de l’abbé Olivier Windels,
curé de Fléron et Vicaire épiscopal « Annoncer l’Evangile »,
au micro de Laurent Verpoorten de RCF Liège.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+